100 % BENEVOLES 0 % EUTHANASIE


Charles

Charles

Nous t'avons surnommé Charles, parce que nous espérions pouvoir te rendre un jour ta noblesse, ils t'avaient appelé Beethoven, parce qu'ils croyaient que s'occuper d'un chien était aussi drôle qu'à la télé. Offert à mamie, acheté on ne sait où, même pas identifié, jusqu'à ce que celle ci se rende compte que sans extérieur te garder était compliqué (...). La famille ne pouvait pas non plus... Alors elle t'a donné. Malgré les apparences elle a cru que ces gens étaient dignes de confiance, triste référence pourtant, tu n'as vraiment pas eu de chance! Parait il que tu étais beau et fort à l'époque, mais tu t'es retrouvé dans ce taudis. Ta chute a été lente, certains t'y ont croisé et se sont posé de perplexes questions sur ton apathie et ta maigreur, mais c'était à l'image du milieu ambiant, ils ne pouvaient pas deviner... Tu nous as été amené dans un contexte aussi nauséeux que toi, soit disant trouvé dans un parc où tu aurais demeuré deux jours durant. Ton état nous a saisi. Tu souffrais déjà à l'arrière train, les premières manipulations laissaient entrevoir des plaies apparentes. Quelques unes seulement. Mais en y regardant de plus près... L'horreur sous tes poils pourtant intacts, ton dos était brûlé, des cratères profonds d'une souffrance lancinante que tu traînais déjà depuis un certain moment. La douleur t'avais passé l'appétit depuis longtemps, ton corps et ton esprit comataient déjà. Tu es resté des jours durant en soins intensifs à la clinique vétérinaire. Nous comptions les jours de ton retour parmi nous au refuge, te promettant le plus bel avenir possible et pour seule vengeance le bonheur... Mais cette nuit, tu t'es éteint. La septicémie a eu raison de ton calvaire, et de nos espoirs. Nous aurions tant voulu croiser ta route pour l'illuminer enfin dans le bon sens, mais le sort aura été injuste jusqu'au bout. Nous sommes désolés que tu aies été une victime de plus de ce manque général de bon sens, d'achats, de naissances, de don à n'importe qui, n'importe comment, cette ignorance assassine qui règne dans notre société à vomir... Voir les protagonistes de ton histoire s'offusquer alors qu'ils sont tous tes bourreaux ne t'aidera pas à pardonner, qu'ils pleurent maintenant! Ils t'ont crucifié, mais tu n'as pas ressuscité de leur bêtise. Ton histoire, qui se répète pour tant chaque jour en ce bas monde, marquera notre foi à jamais. Pars, innocent symbole de la cruauté imbécile, vers des cieux où plus jamais tu n'auras à la subir. Laisses les remords et les regrets à ceux qui t'ont mené là, et vas en paix. Adieu Charles.